Black Friday : Promotions jusqu'à -30%

La vraie histoire du kigurumi

Cela peut peut-être paraitre étonnant pour nous Français, mais les grenouillères pour adultes connues sous le nom de kigurumi font parties d’une mouvance culturelle dominante au Japon depuis près de 25 ans. L’origine de cette tendance/mode de vie remonte au milieu des années 1990, lorsqu’une combinaison parfaite de différents facteurs culturels que sont la progression de la culture et de la mode Shibuya et Harajuku à Tokyo, la popularité du « kawaii » et la fascination des jeunes adolescents pour les personnages d’anime et de jeux vidéo, a conduit à la création du tout premier kigurumi.

Les premiers kigurumi, cependant, ne ressemblaient pas tout à fait aux combinaisons pyjama que vous pouvez acheter sur notre site. En effet, les premiers kigurumi ressemblaient davantage à des combinaisons intégrales avec une forme particulière uniquement destiné au cosplay. À l’intérieur des kigurumi se glissaient de jeunes adolescents qui se transformaient ainsi en leurs personnages préférés d’anime et de manga, avec masques et costumes complets. Peu de temps après, cependant, de jeunes créateurs de mode dans deux des quartiers les plus en vogue et les plus branchés de Tokyo (Shibuya et Harajuku) se sont appropriés cette tendance dans le but de toujours repousser toujours un peu plus les frontières de la mode alternative.

Le quartier d’Harajuku, par exemple, était célèbre pour fermer ses rues à la circulation le week-end et ainsi laisser des groupes d’adolescents parader dans des tenues toutes plus créatives les unes que les autres. On pouvait y trouver des combinaisons d’animaux bien sûr,  mais également des costumes cyberpunk super-futuristes, du lolita ou encore du “wamono” (un mélange entre tenues occidentale et tenue traditionnelle japonaise). Le quartier était rempli d’artistes de rue, de jeunes fashionistas et de cafés branchés. Vous pouvez donc imaginer comment la tendance a immédiatement explosé dans tout le pays. C’est un peu comme si vous visitiez une ville comme Paris ou Lyon le week-end, et que vous voyiez un peu partout des kigurumi Stitch ou Pikachu dans les quartiers les plus hype !

Sans surprise, les artistes, musiciens et célébrités Japonaises ont commencé à adopter cette tendance, et au milieu des années 2000, la tendance kigurumi était littéralement partout. Les blogueurs de mode occidentaux écrivaient sur les « tendances bizarres de la street fashion au Japon » et les touristes revenaient émerveillaient de leur passage dans les quartiers de Harajuku et Shibuya. Des termes comme « Shibuya girls» sont entrés dans le langage culturel mainstream et des Pop star comme le très colorée chanteuse Kyary Pamyu Pamyu sont devenu les porte-paroles de la culture de la mode Harajuku.

À peu près à la même époque, la tendance culturelle connue sous le nom de « kawaii » déferlait sur le Japon. Les grenouillères d’animaux mignons étaient parfaitement adaptées à cette mode. Dans les grands magasins japonais comme Don Quichotte (aussi appelé plus simplement DONKI), les tenues de kigurumi sont devenues le nouvel article incontournable que les jeunes d’arrachaient. Et les touristes Européen ou Américain se rendant à Tokyo ont commencé petit à petit à ramener ces étranges déguisements/pyjamas dans leur valise.

Aujourd’hui, la tendance kigurumi semble encore en mutation. Les utilisations du kigurumi se multiplient et ils sont utilisés de nos jours comme costumes d’Halloween, combinaison de ski et surtout pyjama/grenouillère pour adulte. La toison confortable et douce est toujours présente, et les gens portent même le kigurumi au travail et à l’école.

Nous avons parcouru un long chemin depuis l’époque ou le kigurumi n’était qu’une mode de niche pour les jeunes adolescents japonais. Désormais, l’une des tendances japonaises les plus en vogue des 20 dernières années commence à connaître le même type de popularité dans des endroits comme la France et même tout l’Europe.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *